La traque du gros sandre(pour Sandromaque)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default La traque du gros sandre(pour Sandromaque)

Message  Vincentcorsa le Ven 1 Fév - 20:53

TECHNIQUES

La quête des grands sandres

Sandre 1m03
Nous avons tous au moins une fois dans notre vie, rêvé de la capture d’un sandre dépassant le mètre. Ce poisson je le recherche depuis une trentaine d’années. Après de nombreux voyages à travers l’Europe, comble du bonheur c’est en France que j’ai pu capturer 7 ou 8 spécimens dépassant ce mètre fatidique. Nous n’avons rien à envier à nos voisins étrangers, les sandres records sont encore nombreux dans nos lacs et nos rivières.


LA PRATIQUE





La sandromanie, une maladie incurable


La sandromanie m’a atteint en 1973 vers l’âge de 14 ans où j’ai fait mes premiers pas à la godille sur les graviers du Rhône. A l’époque le sandre était en pleine explosion démographique, les captures dans le Rhône étaient nombreuses et la pression de pêche quasi inexistante. Je n’ai eu aucun mal à faire seul ma formation sur la pêche itinérante du sandre en rivière et à en connaître très rapidement toutes les subtilités. Mon premier gros sandre d’environ 10 livres, je l’ai capturé deux ans plus tard et j’en garde encore le souvenir. La majorité des pêcheurs de carnassiers se sont tournés vers le sandre du fait de la raréfaction du brochet dans nos rivières. Par la suite, les populations de sandres se sont stabilisées puis ont régressé au fil des ans. Le Rhône a subi de nombreuses transformations, les anciennes gravières ont disparues pour faire place à un fleuve canalisé très difficile. Nombreux ont abandonné la pêche du sandre au manier vers les années 1990. La difficulté était à son paroxysme et les bredouilles étaient nombreuses. J’ai persisté et c’est à cette époque que j’ai commencé à pratiquer la Saône encore très riche en carnassiers. Par chance j’habitais dans la même région que Jean Claude Tanzilli, George Ribeiro, Joël Parcel. Jean Claude m’avait fait découvrir la monture Drachkovitch, Joël m’avait fait connaître les leurres souples et les ballastières. Quant à Jojo nous étions deux compères inséparables, j’ai fait avec son bateau des centaines de sortie où j’ai acquis mon expérience pour la recherche à l’écho sondeur et le placement sur les postes. La découverte des tresses polyamides par la suite a été une révélation qui nous a permis de capturer ensemble de nombreux gros sandres. Nous avons fini par comprendre où et comment les rechercher. Depuis nos routes se sont séparées.
A 45 ans, trente et un ans plus tard ma passion est restée intacte et je recherche toujours aussi activement ces gros poissons qui m’ont toujours fasciné.



Les tresses polyamides, une révélation pour la traque des très gros sandres


Comme je l’ai précisé plus haut, la tresse a été une révélation. Les premiers échantillons utilisés m’ont permis de comprendre que je détenais là une arme fabuleuse. J’allais enfin sentir la structure des postes et pêcher avec précision, chose impossible avec du nylon. Je pouvais suivre la route des gros sandres en recherchant le contact sur la roche qui procure une sensation de frottement Les plus infimes gratouillis des gros poissons chipoteurs non perçus sur du nylon allaient enfin voir le jour. Depuis 1993 le nombre de mes gros sandres capturés a considérablement augmenté. Dans les premiers temps, mes maniements n’étaient plus adaptés. J’allais combiner par la suite une utilisation de cannes légèrement plus raides avec un mouvement qui ressemble un peu à la tirette.
Ma canne, courte légère nerveuse et équilibrée


Mon outil de base mesure 2,7 m. J’ai mis de nombreuses années pour trouver l’action qui me correspondait le mieux. De la nouille la plus souple au piquet de tomate le plus raide, je pense les avoir toutes essayées. Une action de pointe en 20-60 gr convient parfaitement à une pêche en rivière en utilisant des chevrotines s de 8 à 12 gr sur les montures à poissons morts.
Tout dans les poches et rien sur le dos


Vous avez tous connus le désagrément d’un mal de dos après plusieurs heures de pêche intensives. J’ai pallié quelque peu à ce problème en me chargeant au minimum lorsque je me déplace. Tout mon nécessaire tient dans une trousse à leurres dans une poche ou éventuellement dans un gilet de pêche ou encore dans des trousses portées à la ceinture, jamais rien sur le dos. Lorsqu’il faut se baisser pour attraper un sandre, il faut être leste dans ses mouvements. Un ferrage peut également être raté suite à une gène occasionnée par une musette beaucoup trop encombrante.
Des hameçons triples vérifiés à tout instant


Trop peu de pêcheurs sont pointilleux sur la qualité des hameçons qu’ils emploient. Et pourtant, Dieu sait le nombre de très grosses pièces qui ont été décrochées à quelques mètres du bord à cause d’une négligence. Si vous pêchez sur des postes légèrement encombrés, choisissez un modèle d’hameçon triple mou qui va s’ouvrir à la traction VMC ref : 9649BZ. Après chaque accrochage n’oubliez pas de redresser les branches de vos hameçons et de vérifier l’état des pointes, si nécessaire servez-vous d’une lime diamant. La vérification du piquant s’exécute en passant délicatement la pointe sur le bout du doigt, celle-ci doit s’accrocher immédiatement lors du premier passage Pour les secteurs plats et dégagés la référence 7541BN avec des pointes vanadium est parfaite.
La concentration, la clé du succès


Les très gros sandres font dans la majorité des cas, des touches à peine perceptibles sur la tresse. Les grosses prises se capturent principalement lorsqu’on s’y attend le moins, de ce fait les décrochages sont nombreux. J’ai appris depuis très longtemps, dès les premières minutes au bord de l’eau, je me concentre en suivant l’évolution de mon montage sous la colonne d’eau. J’utilise une tresse de couleur fluo pour pouvoir la suivre à chaque seconde après le mouvement de ma canne. C’est à l’instant précis où le montage redescend et s’arrête qu’à généralement lieu l’attaque. Si celle-ci n’est pas perçue dans la canne, le moindre soubresaut anormal peut me l’indiquer. J’essaye d’être très tactile, ma canne fait partie de moi-même, elle ne fait que prolonger mon bras. Une sensation anormale perçue dans la manivelle ou un déplacement latéral de la bannière et c’est un ferrage immédiat.
Etre opportuniste et observateur en restant très discrets


La pêche n’est pas comme une bonne recette de cuisine ou l’on met des ingrédients à l’intérieur. Le comportement du pêcheur spécialisé dans une technique bien précise doit être ciblé pour croiser non pas par chance mais par préméditation, la route de ces poissons spécimen, seuls et isolés à l’écart de la petite cavalerie. Choisissez des postes stratégiques où les grosses brèmes transitent. Les très gros sandres ne sont jamais très loin de ces énormes troupeaux qui évoluent dans les contres courants de la rivière. Les sauts de brèmes sont faciles à apercevoir le matin au lever du jour. Un courant droit n’est jamais très bénéfique, placez-vous plutôt face à une meuille ou à un amorti. Suivez toujours vos convictions et analysez à chaque fois vos parties de pêches passées, les très gros sandres ne font rien au hasard. Ne faites rien comme tout le monde, si vous avez un pressentiment, exploitez le à fond avant d’en parler. Les pêcheurs sont souvent très copieurs et n’hésiteront pas à voler vos idées en se les appropriant. La pêche des très gros sandres est une traque de solitaire difficile à partager.




Le comportement de ces gros carnassiers, pas toujours faciles à cerner


Les cohortes d’individus de même âge s’amenuisent au fil des ans. Beaucoup ont été prélevés par des pêcheurs, un certain nombre sont morts naturellement, seuls quelques-uns ont survécu. Les plus vieux et donc les plus gros sont souvent des femelles. Celles-ci vivent généralement plus longtemps que les vieux mâles. Je ne sais pas si les vieux sandres ont une mémoire, mais je sais par contre qu’ils sont très méfiants par rapport à de jeunes poissons. Comme les très grosses carpes ils ont des habitudes qu’un pêcheur rusé peut comprendre. En vieillissant, ils ont adopté pour survivre un comportement très différent par rapport aux jeunes.
Leur mode d’alimentation


Le sandre est un poisson grégaire qui vit dès son plus jeune âge en troupeau d’individus très important. Seuls les poissons les plus vifs vont survivre. Les attaques des proies se font en rangs très serrés et très denses. La prédation est tournée vers le haut dans une eau peu profonde car les proies y sont plus faciles à attraper. Les gros poissons vivant dans des petits groupes de deux ou trois ou voir même seuls ont du changer de stratégie car ils ne sont pas assez nombreux pour cerner leur proie. Leur instinct de chasseur va faire place à une prédation qui est désormais plutôt tournée vers le bas, ce qui en fait des poissons nécrophages. Ils deviennent opportunistes et n’hésitent pas à venir sur le soir après la curée des petits ramasser les restants du festin. Ils vont évoluer donc plus bas dans la colonne d’eau pour capturer des proies malades ou en perdition. Ils se déplacent plus lentement et ont du mal à poursuivre une jeune ablette isolée. Une grosse perche soleil, une grémille ou une écrevisse sur le fond ne va pas leur faire dépenser beaucoup d’énergie et sera facile à attraper.
Leur déplacement se fait sur des routes toutes tracées


Les failles situées le long des grandes fosses enrochées sont des routes toutes tracées en direction des hauts plateaux où transite la friture. Ce sont ces routes que les très gros sandres vont emprunter en quête de nourriture à des heures propices. En suivant en visuel les berges vous pouvez apercevoir ces déclinaisons, soyez observateusr. Une pointe en avant sur une bordure est un poste beaucoup plus stratégique qu’une anse.
Une longue attente est nécessaire pour découvrir les heures de passage


Pour découvrir les heures de passage, il est indispensable de pêcher très longtemps sur un poste. La pêche de ces gros poissons devient une pêche statique où il faut se munir d’une patience à toute épreuve. Les remontées de gros sandres sont brèves et se déroulent à des heures bien précises. Elles correspondent souvent à des appels de courant ou des variations de niveau. Ces gros sandres transitent en remontant le courant dans les fleuves et les rivières le long de la cassure. Nul besoin de pêcher très loin sur le large pour croiser leur route.
Les plus grands sandres qu’un pêcheur averti peu espérer


Le sandre vit environ une quinzaine d’années pour une longueur maximum de 1,05 mètre et pour un poids d’environ 13,0 kg (hors période de frai). Capturer un individu dépassant le mètre est un challenge hors du commun. Seuls quelques pêcheurs ont pu dans toute une vie capturer par hasard un de ces spécimens très rares. Pour ma part mon plus long poisson mesurait 1m03 pour un poids de 11,7 kg. J’ai également capturé 5 poissons de 1m02 dont le poids variait de 10 à 12 kg. Et pour finir deux poissons de 1m01 dont mon plus gros mâle de 8,5 kg, poisson fabuleux très rare. Nombreux ont été les poissons de 95 cm à 98 cm. Les gros sandres les plus représentés pèsent entre 7 et 8 kg et mesurent entre 88 et 95 cm. Chaque année en France, il s’en capture plusieurs centaines.

_________________
partageons notre passion dans le respect et la bonne humeur.

La pêche est une drogue donc abusons d'elle sans modération !

Vincentcorsa
Administrateur
Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 6098
Age : 38
Date d'inscription : 09/11/2007

http://lefofodevincent.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

default Re: La traque du gros sandre(pour Sandromaque)

Message  sandromaque le Ven 1 Fév - 21:17

Ca donne faim, et dire que j'ai mangé de la limande à midi. Mais ma carrière de sandromaniaque m'a aussi apporté des joies, même si ce poisson ne passionne guère par son combat, mais plutôt par son eclectisme et sa qualité gastronomique. Je n'ai pas encore atteint ni dépassé le mètre et tant mieux, car il me reste un objectif. Mais je tourne à une cinquantaine de poisson de taille par an alors je ne me plains pas.

Bonne soirée à tous et à bientôt

sandromaque
Petit posteur.
Petit posteur.

Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 45
Localisation : Nancy
Emploi/loisirs : je suis payé pour pêcher!!
Date d'inscription : 11/11/2007

http://carnassiers.forumpro.fr/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

default Re: La traque du gros sandre(pour Sandromaque)

Message  Vincentcorsa le Sam 2 Fév - 8:49

J'ai pensé a toi en surfant sur le net, un super article concenant la peche du sandre.en plus ca décris bien le personnage, ca t'y ressemble bien armé de patience
bon courage pour la futur AG, j'espere que tous vos points seront éclaircies

_________________
partageons notre passion dans le respect et la bonne humeur.

La pêche est une drogue donc abusons d'elle sans modération !

Vincentcorsa
Administrateur
Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 6098
Age : 38
Date d'inscription : 09/11/2007

http://lefofodevincent.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

default Re: La traque du gros sandre(pour Sandromaque)

Message  Invité le Sam 2 Fév - 11:01

super article !! cheers

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

default Re: La traque du gros sandre(pour Sandromaque)

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:26


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum